Monsieur Vernet et Pierre



EN

An abstract and strange sign language takes place between two characters: an adult and a teenager. The gestures are somewhere between an act of attention, instruction, domination and even perversion. The uncluttered form of this piece highlights the ambivalence of this strange ritual, which results from both control and bewitchment, as if the characters are under an influence. Agnès Geoffray drew inspiration for Mr Vernet and Pierre from the gesticular vocabulary of hypnosis sessions, so she decided to perform and reinvent them. The small size of the format can trace these images back to a repertoire of gestures, the function of which still remains unknown, and whose fleeting nature flickers.

Monsieur Vernet et Pierre, a series of 18 photographs, small format, 10 x 7 cm, framed with a 26x20 cm mounting.



FR

Un langage des signes abstrait et étranges se joue entre deux personnages, un adulte et un adolescent, à la lisière entre des gestes d’attention, d’instruction, de domination voire de perversion. La forme épurée ne fait que mettre en évidence l’ambivalence de cet étrange rituel, qui procède tout autant de l’emprise que de l’envoutement : des personnages sous influence. Agnès Geoffray s’est inspiré du lexique gestuel des séances d’hypnose pour les rejouer et les réinventer. Le petit format ramène l’ensemble de ces images à répertoire de gestes dont l’usage nous demeure inconnu, et dont la temporalité même, vacille.

Monsieur Vernet et Pierre, un ensemble de 18 photographies, de petits formats, 10x7 cm, encadrées avec passe-partout dans un format de 26x20 cm.

...

Les corps sont écrits
Avec des gestes, avec des mots, avec des objets pointus parfois
Les corps sont des livres, comme le dit Michel de Certeau
Ils portent la loi, ils en jouissent, ils s’en défendent
Elle continue, génération après génération
De donner forme ou de disloquer
Les corps sont écrits
Par d’autres corps, un père, un voisin, un enseignant
Les corps sont faits d’emprunts de corps
Pourvoyeurs de formules, ils intiment, intimident
Le corps naturel n’existe pas, il est fabriqué
Comme les feuilles sur lesquelles son sort se négocie
Les corps sont écrits


texte de Sophie Delpeux